Ni fait ni à faire

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur email

Ni fait ni à faire

Les déchets textiles, une transition pour une mode vertueuse

 

J’ai fait le choix pour mon projet de diplôme de concentrer mon intérêt sur la quantité de déchets textile jetés dans le monde entier. Des déchets qui peuvent prendre différentes formes, celles de chutes lors de la confection de produits manufacturés ou sous forme de vêtements en fin de vie, usagés et/ou usés.

Ces textiles en fin de vie existent en quantité et leurs flux ne cessent d’augmenter. Ils se voient jetés comme des déchets, mais sont pourtant une riche ressource. Plutôt qu’ils finissent incinérés ou envoyés dans des pays pauvres, je décide de les prendre en charge.

Je me présente à vous comme designer de mode, consciente des problématiques environnementales qu’engendre l’industrie textile. Mon engagement se trouve dans cette prise de conscience et dans la volonté de se ressaisir d’un domaine qui est déjà en excès de tout.

Mon projet, Ni fait ni à faire, propose des manières de faire et penser la mode autrement. Ce projet se construit au travers du prisme des trois articles vestimentaires les plus produits, consommés et jetés dans la mode : le t-shirt, le jean et les baskets. Il s’agit d’interroger ces vêtements devenus déchets afin de les revaloriser et de les déployer sous une nouvelle forme. Il est question de renouer avec certaines techniques artisanales tombées en désuétude et le faire, avec d’autres personnes. 

Pour mener ce projet, j’adopte différentes postures qui se manifestent sous forme de 3 étapes.

 

Étape 1

COLLECTER

Curatrice

Réinvestir et reconsidérer des rebuts et des articles vestimentaires laissés pour compte. La collecte permet de récupérer sans produire davantage.

Dans des centres de tri, des Collecteries, ou bien des ressourceries, notamment celle de Montreuil avec laquelle je travaille désormais.

Collecter les articles vestimentaires les plus vendus consommés et jetés dans le monde : les t-shirts, les jeans et les baskets. Ces vêtements sont les plus pauvres, ceux qui, une fois de seconde main, se réemploient et se recyclent difficilement. Pourtant, je fais le choix de les collecter afin de constituer un approvisionnement de matière première, riche en couleurs, matières et motifs, prête à être prise en charge.

 

Étape 2

EXPÉRIMENTER

Designer de mode, artiste

Montrer et démontrer que tout articles vestimentaires peut se reformuler dans une circularité, qu’aucun n’a de formes arrêtées. Revaloriser et rendre de vieux vêtements et accessoires à nouveau désirables et/ou significatifs de leur abondance.

Le principe de l’upcycling redonne à un vêtement de seconde main une valeur plus noble afin de les remettre dans un circuit d’usage. L’upcycling fait appel à de multiples procédés et gestes. Dans un premier temps à des gestes de déconstruction et dans un deuxième temps à des gestes de reconstruction.

Expérimenter l’upcycling en établissant des pôles de productions comme le passage au vert qui permet d’harmoniser ma collecte, ou encore le défaut des vêtements de la collecte déterminateur de nouvelle forme et l’étendard comme manière de communiquer le vêtement.

 

Étape 3

INITIER

Médiatrice, animatrice

Apprendre les techniques de revalorisation des vêtements et faire connaître les enjeux de l’upcycling à un public qui n’est pas forcément averti et sensible à l’écoresponsabilité.

Réaliser des workshops de 4 heures dans le lieu même de l’approvisionnement durable : la Collecterie. Faire participer un petit groupe de 5 personnes en rendant accessible des gestes et des principes de revalorisation qui me sont singuliers.

Initier à l’up-cycling et au styling. En suivant la logique du cadavre exquis, les participants vont se concerter pour créer ensemble une tenue sur le thème de “La pénurie dans l’abondance”. Ils choisissent chacun un principe de revalorisation qu’ils expérimentent. L’ensemble est pris en photo par Tsiriniaina Irimboangy, l’intégralité du workshop, en vidéo par Valentin Pitarch et l’espace de travail pensé par Clémentine Debray.

Niveau du diplôme : DSAA Design, Mode et Environnement

Site Internet : http://@chloenvy