« regardez-vous bien dans mon miroir, gens de passage »

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur email

À travers la pratique de la sculpture, et plus particulièrement du bijou contemporain, j’explore la notion « d’importabilité », laquelle trace la limite entre ce que nous portons et ce que nous nous refusons.

Très vite, c’est son potentiel perturbateur qui m’a attirée. Dans l’expérience du port de mes pièces, sculpturales et monolithiques, j’ai fait face à l’incompréhension de mes interlocuteurs. Vis-à-vis de ce que je nommais « bijou », qui ne correspondait pas tout à fait à son image traditionnelle et archétypale, la question était « Qu’est-ce-que c’est ? ».

Allant par delà les représentations, je cherche à provoquer ce sentiment d’étrangeté : une altérité fascinante, qui parfois crée la distance. J’explore, chaque fois, le potentiel de mes parures à déstabiliser le quotidien, le cadre de l’ultra commun et le rapport à autrui. Pour moi, l’importable constitue cette anomalie, marque d’une individualité stridente dans un contexte uniforme.

 

C’est une autre forme d’anomalie qui m’a poussée à construire mon diplôme autour des notions d’insécurité, de vulnérabilité puis d’enfermement.

En commençant à travailler la pierre, dans une expérience de la matière proche de celle que Francis Ponge fit du verre, j’ai découvert un matériau oxymorique. Ces pierres, que je croyais immuables, indestructibles, étaient en réalité cassables, fragiles, vivantes. De cette expérience, et à l’issue d’un processus « kamikaze », sont apparues des parures/outils évoquant des armes de défense au langage proche des ornements corporels primitifs.

Tel est le cas de mes broches : rappelant l’arc et la flèche, l’agressivité manifeste de la forme semble à la fois dirigée vers le spectateur tout en se retournant contre le porteur. Armure, cible, collier d’attelage sont autant d’autres sujets lisibles dans mes pièces.

Enfin, à travers l’enfermement du corps, j’explore la question de l’inconfort corporel. Mes tours de cou mettent visuellement à l’épreuve le corps, replaçant ainsi la brutalité sculpturale au cœur de mon travail.

Niveau du diplôme : DNSEP Art avec les félicitations du jury

Site Internet : https://www.instagram.com/mariecarolinelocquet/