La révolution sera amoureuse

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur email

L’amour a de nos jours un statut ambivalent : celui de bourreau et victime. 

D’une part, le sentiment amoureux est victime du patriarcat, qui encourage et valorise les valeurs considérées comme masculines, à savoir : un désengagement émotionnel, un détachement affectif, une distanciation relationnelle. Or ce désintérêt pour l’amour a fait naître un nouveau phénomène : une phobie de l’engagement, et met à mal le sentiment amoureux. Mais d’autre part, le sentiment amoureux s’accompagne de tout un récit hétéronormatif et oppressif, ainsi que d’un apprentissage forcé et genré qui formatent son expression et contribuent à des inégalités. Or tel qu’il est exprimé l’amour est le pivot de la domination masculine. 

C’est pourquoi il est primordial de s’y intéresser et de repenser l’éducation amoureuse. Car si celle-ci résulte d’une construction sociale, elle n’est pas une fatalité en soi. Tout ce qui a été construit peut, par définition, être déconstruit.

Ainsi les récits amoureux sont à réécrire.
L’imagerie amoureuse est à renouveler.
L’amour est à réinventer.

Niveau du diplôme : DSAA Design Mode et Textile

Site Internet : https://www.instagram.com/lucillemrtn/