Électrophonie

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur email

Engagements et contestations au sein des cultures électroniques

Les cultures électroniques — champ créatif rassemblant tant les musiques électroniques, que des pratiques artistiques — sont résolument populaires, qu’elles soient mainstream ou underground, festives ou non. En effet, ces cultures se font connaître et reconnaître par leur aspect festif, nocturne, transgressif, hédoniste et utopiste ; se voulant fluides, subversives et contestataires. Alors, elles demeurent aujourd’hui stéréotypées et méconnues sur bien des aspects. Pourtant, elles constituent une plateforme de tissage de lien social, un espace créatif prolifique et protéiforme, un safe-space, un lieu de militantisme morale (racisme, homophobie, sexisme, environment) et une culture contemporaine de plus en plus ancrée et visible dans l’actualité. L’objet de recherche porte donc sur les cultures électroniques et leurs contestations et engagements, explorant leur histoire, leur imaginaire, leurs innovations, leurs mythologies.

L’étudiante tente de proposer une experience immersive à propos des cultures électroniques, pour favoriser l’approche et la compréhension de ce sujet. Il a été proposé au spectateur d’être plongé dans la boîte noire que peut constituer les évènements des cultures électroniques. Il s’agît de partager un moment collectif aussi intense qu’éphémère — favorisé par le fameux no pics policy — dans cet espace-temps particulier, dont elles se sont toujours emparées pour faire élever les BPM et les voix.

Alors que tous ses sens sont en alerte, le spectateur rentre dans l’évènement en se faufilant dans une foule imprimée en taille réelle. Dans un premier temps, il est spécialement immergé dans le percept et le sensible des cultures électroniques, afin de l’y sensibiliser et le guider vers le deuxième temps de l’évènement. Axé sur l’intelligible, ce temps davantage pédagogique, permet d’expliquer l’essence des cultures électroniques et de déconstruire nombre de clichés dont elles sont victimes. Enfin, en dernier temps sont mis en lumière différents engagements liés à ces cultures, de façon non-exhaustive tant elles  sont vastes et leur engagements divers.

Le design graphique est alors ici un outil de médiation culturelle, et permet de rendre compte de la richesse esthétique et des différents codes visuels liées aux cultures électroniques. Sont particulièrement investis des mediums tels que des installations et objets graphiques interactifs, la photographie, la vidéo, la lumière et le son ; le tout accompagné par une charte graphique représentant la physicalité de la musiques électronique et une bande son globale. Enfin, la dimension documentaire qu’il a été souhaité d’insuffler à ce projet a nécessairement été bousculé par la situation sanitaire ; même si celle-ci a mis en exergue les engagements des cultures électroniques et leurs capacité à se mobiliser.

Niveau du diplôme : DSAA Design Graphique Mention Transmédias

Site Internet : https://mathildevelten.com/