Suivre nos vents comme une girouette

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur email

En expérimentant différents médiums, je garde toujours en tête la création de liens, car dans les espaces que je mets en place, il y a toujours les autres. Ces formes ont souvent besoin d’être activées ou du moins tentent de provoquer l’envie de le faire. Que l’on crame des poubelles, que l’on soit enfermé chez soi, que des formes nous contraignent, on fédère.

Tamponner (l’école)

Mon diplôme a commencé par une performance qui activait un tampon géant long de deux mètres et pesant cent kilos. Les spectateurs croyant assister à une impression, ont en fait vu les porteurs de ce tampon, devenu ici bélier, traverser un faux mur de placoplâtre pour nous ouvrir la voie de la seconde salle. Ce tampon, si gros qu’il provoque le collectif a été créé à des fins d’ateliers. D’outils performatif, il se transforme aussi en sculpture. 

Informelles

Je propose ici un regard sur les poubelles brûlées comme des sculptures citoyennes involontaires. Comme un geste puissant, poétique et anonyme. En écho à la pratique de la sculpture, ces citoyens anonymes, en colère pour certains, transforme cette matière première manufacturée par le feu, créant des formes uniques. Cette installation est composée d’une douzaine de lés de papier calligraphique sur lesquels sont dessinées une vingtaine de poubelles brûlées. En face, la sculpture d’une poubelle à échelle 1, faite au stylo 3D. Je rends le statut de volume à ces poubelles préalablement dessinés, bouclant le processus. La prochaine étape étant de considérer de la même manière une autre forme souvent sculpté : la voiture. Toutes ces poubelles ont été dessinées et créées à partir de photographies de presse, d’images tirées de blogs citoyens ou de photographies personnelles.

Prototype pour emporte-pièce humain

Cette pièce fait référence au module d’architecture qui est une unité déterminant des proportions. Sauf qu’ici, elle invite au passage et détermine des postures. Les formes sur les trois pans troués sont pensées pour contraindre des mouvements définis. 
Ces passages sont à l’image de la recherche constante de comprendre le monde de John Wood et Paul Harrison.

COMBI Workshop

Création du workshop « COMBI » autour du système et de la combinaison. Partir de Designing Programm de Karl Gestner, pour assimiler l’idée de processus, de protocoles, de systèmes définis. 
Création de la typographie et de l’affiche de l’atelier selon une même grille, née de la combinaison entre trois grilles typographiques. 

En collaboration avec Roberto Morino, pianiste de formation, je constitue ma participation à ce workshop : l’Audio-chromomètre. Il s’agit d’un système de traduction du temps selon trois bases de lecture : l’horloge, le cercle colorimétrique et le cercle des quintes. Nous tentons alors d’explorer une nouvelle vision du temps, traduite par des dégradés et des formes constamment en mouvement et d’un son toujours en cohérence avec le temps qui passe.

Niveau du diplôme : DNSEP

Site Internet : https://www.instagram.com/remilevaufre/