Identité visuelle d’une école pour enfants malvoyants

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur email

La vue est l’élément fondateur de notre société. Dans nos cultures occidentales, la perte de la vue, le noir est associé à une forme d’angoisse, une solitude, une vulnérabilité, ce qui explique cette difficulté à se mettre à la place de ceux qui en sont privés, et le fort clivage social qui en découle.

L’école est un passage particulièrement formateur pour la construction de la confiance en soi, de la personnalité, et de l’autonomie. C’est pourquoi, pour participer à l’inclusion sociale des enfants malvoyants, l’Institut National des Jeunes Aveugles à Paris, fondée en 1785, souhaite renouveler son identité visuelle afin de mettre en avant les valeurs humaine et de développement humain, qu’elle revendique depuis sa création. La signalétique est aussi un enjeu phare du projet : elle va participer à créer un environnement rassurant et bienveillant pour les élèves, un endroit où ils se sentent à leur place, et non en situation de handicap, pour leur permettre de prendre plus facilement confiance en eux, et d’aider à leur accompagnement par l’équipe spécialisée.

La principale contrainte de ce projet est de s’adapter à la multitude de déficience visuelle. Le terme « aveugle » est souvent utilisé à tort : en réalité moins d’1% de la population malvoyante est complètement aveugle, et ne discerne rien visuellement. La plupart discerne donc des éléments, au moins des couleurs ou des contrastes dans les cas les plus graves. La déficience visuelle est la plupart du temps liée à une maladie à défaut d’être génétique. Les maladies se soignent, mais il n’est jamais garanti que l’enfant puisse recouvrir la vue. Quand le handicap est trop fort et ne pas être compensé par l’agrandissement des caractères « noirs » (forme d’écriture classique), on apprend le braille. Les deux sont également souvent complémentaires.

L’univers de ce projet se construit à partir d’une charte très riche en élément, qui permet un vrai jeu d’assemblage, de construction, de composition, pour créer un véritable univers sensoriel. La texture est bien évidemment au centre de la réalisation, lisible aussi bien par la vue que par le toucher. La typographie conçue à partir de la grille de braille, devient un élément identitaire, dont certaines formes deviennent des symboles de cet alphabet qui compose la charte, pour créer une unité entre le texte et les éléments visuels.. Elle est arrondie, de manière à paraître la plus bienveillante possible. Le tout est conçu pour rendre le déroulé de l’expérience du toucher similaire à celui de la vue, pour convenir autant aux enfants, qu’aux corps enseignant et médical.

L’ensemble est conçu avant tout pour des enfants, plutôt que pour des enfants en situation de handicap : car tout le but du projet, est bien de participer à une société plus égalitaire et inclusive. Un enfant malvoyant n’est pas différent d’un autre enfant. On ne doit pas interagir avec lui différemment – ce qui participerait à lui inculquer une différenciation, voire un sentiment d’infériorité- mais simplement être conscient de sa particularité.

Niveau du diplôme : BTS/Bachelor Design Graphique Option Médias Imprimés

Site Internet : http://www.fannybusson.fr